Vous êtes ici

  • Enseignement de spécialité : Numérique et Sciences informatiques

    Découvrez des informations sur les filières du supérieur, des métiers et des témoignages en lien avec l'enseignement de spécialité « Numérique et Sciences informatiques », rédigées par des spécialistes de l’ONISEP, pour vous aider dans vos choix d’orientation au Lycée

L’enseignement de spécialité présentée par un auteur

Pouvez-vous nous décrire concrètement ce nouvel enseignement de spécialité ?
Cet enseignement de spécialité a pour objectif de former les élèves à la science informatique et aux mondes numériques qui les entourent afin de les préparer à des études supérieures et aux « métiers de demain ».
Les élèves approfondiront les quatre concepts clés des sciences informatiques : les données, les algorithmes, les langages et les machines et leurs interactions. Ils seront amenés à mieux maitriser les interfaces qui permettent la communication avec les humains, la collecte des données et la commande des systèmes informatiques.

Cet enseignement de spécialité propose-t-elle une pédagogie ou des pratiques particulières ?
Son originalité réside dans son approche globale depuis la phase d’analyse et de modélisation d’un problème, puis par le développement d’une solution algorithmique et enfin par la programmation en langage informatique jusqu’à sa vérification en termes de bonne exécution.
Une place importante sera laissée à la conduite de projets personnels.

Que diriez-vous à un/une élève de Seconde ou de Première pour le convaincre de choisir ou conserver cet enseignement de spécialité ?
Cet enseignement va constituer un sérieux avantage pour les études supérieures scientifiques. Il ne pourra que renforcer la bonne compréhension des concepts scientifiques et techniques abordés dans les autres disciplines.
Il facilitera aussi la maîtrise des outils informatiques nécessaires dans toute carrière professionnelle et dans la vie quotidienne.
Enfin, les élèves pourront mieux appréhender et de maitriser les enjeux sociétaux et éthiques liés à leurs pratiques numériques.

Les filières de formation du Supérieur qui seront facilitées par cet enseignement de spécialité

  • Licences : Physique, Mathématiques, Sciences pour l’ingénieur, Sciences et technologies, Informatique, Mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales, Electronique, Automatique…
  • Classes préparatoires scientifiques, Ecole d’ingénieurs, Ecoles d’informatique…
  • BTS : Production, Conception de produits industriels, Conception et réalisation de systèmes automatiques, Maintenance, Environnement, Systèmes photoniques, Systèmes numériques, Services informatiques, Contrôle industriel et régulation automatiques
  • DUT : Génie industriel et maintenance, Informatique, Statistique et informatique décisionnelle, Réseaux et télécommunications, Métiers du multimédia et de l’internet, Génie électrique et informatique industrielle, Génie biologique, Hygiène sécurité environnement…
 

il existe près d'une centaine de BTS et une vingtaine de DUT dans les domaines de la production et des services. Les bacheliers professionnels (BTS) et technologiques (DUT) sont prioritaires sur ces formations

 

+ d'informations sur le site HORIZON 2021

Certains des nombreux métiers en lien avec cet enseignement de spécialité

  • - Fablab manager,
  • - Administrateur/trice de bases de données,
  • - Administrateur/trice réseau,
  • - Architecte bug data,
  • - Chargé/e de référencement web,
  • - Data manager,
  • - Data scientist,
  • - Designer d’interface,
  • - Webmestre,
  • - Développeur/euse (d’applications mobiles, informatique, multimédia),
  • - Ingénieur/e logiciel,
  • - Chief digital officer,
  • - Enseignant/e,
  • - Web ergonome,
  • - Animateur/trice 2D et 3D.
 

Et de nombreux autres métiers…

Le témoignage de Marie, 30 ans, scrum master dans une entreprise de télécommunications

Son parcours, en bref :

  • École d’ingénieurs (ECE), spécialité systèmes embarqués

Quelle place tenaient les sciences informatiques dans vos études ?
J’ai toujours été meilleure dans les matières scientifiques grâce à mon esprit logique. Ce qui me plaît dans l’informatique, ce sont les algorithmes et la réalisation d’un produit (par exemple une application ou un site internet). C’est très concret.

En quoi les sciences informatiques vous servent-elle dans votre métier ?
Scrum master est plus un rôle qu’un métier. Je travaille avec une équipe de développeurs. Mon rôle est de faciliter les échanges d’informations des différents métiers (un commercial, un juriste, un développeur, un comptable…) qui ne se comprennent pas toujours. Lorsqu’un client nous demande de modifier/ajouter une fonctionnalité sur un logiciel (un bouton, le mettre en couleur…), je précise le besoin et m’assure qu’il soit réalisable avant de le transmettre aux développeurs.

Et au quotidien ?
Au quotidien je suis connectée comme la plupart des gens. Je ne suis pas 100 % geek mais je m’intéresse tout naturellement aux nouvelles technologies, à l’IA (intelligence artificielle).

Quelles autres disciplines étudiées au lycée vous servent aujourd’hui ?
Le français est indispensable pour savoir reformuler le besoin d’un client et structurer sa pensée par écrit, c’est aussi utile pour envoyer des mails et rédiger des comptes-rendus sans fautes d’orthographe ! La philosophie est intéressante pour prendre du recul sur l’équilibre de sa vie professionnelle et personnelle. Cela nous donne aussi une ouverture d’esprit pour observer, et mieux comprendre les différents comportements humains.

Le témoignage de Céline, développeuse web front end dans une société de prestations digitales

Son parcours, en bref :

  • BTS SIO (services informatiques aux organisations), option SLAM (solutions logicielles et applications métiers)
  • Licence en alternance en conception et développement informatique (École Nextadvance)

Quelle place tenaient les sciences informatiques dans vos études ?
Je n’étais pas passionnée au lycée par les matières scientifiques, en particulier les mathématiques. Mon frère aîné travaillait déjà dans l’informatique et je m’intéressais par curiosité à ce qu’il faisait. C’est ainsi qu’il m’a formée petit à petit et que je me suis mise à apprécier l’informatique.

En quoi les sciences informatiques vous servent-elle dans votre métier ?
Je travaille en tant qu’intégratrice pour un site qui vend des prestations digitales (création de logos, d’infographies, réalisation d’une identité visuelle professionnelle…). Nous recevons un cahier des charges de la part du client et nous examinons avec mon équipe ce qui est faisable au niveau technique. L’informatique requiert une certaine logique et un certain cheminement intellectuel. Pour faire du développement il faut avoir cette logique dont on apprend les bases au lycée et que beaucoup d’employeurs testent chez les candidats lors d’une éventuelle embauche.

Et au quotidien ?
Au quotidien cela me sert surtout à dépanner les personnes de mon entourage. Mais cela m’aide également pour apprendre par moi-même à monter en compétence sur de nouveaux langages.

Quelles autres disciplines étudiées au lycée vous servent aujourd’hui ?
Sans hésiter : l’anglais et le français. L’anglais parce que dans l’informatique, 80 à 90 % de la documentation que l’on peut trouver sur Internet est en anglais. Même si je n’ai pas beaucoup d’interactions dans mon métier avec des clients (cela dépend aussi des entreprises) je dois au minimum maîtriser un anglais technique. Le français est important pour rédiger un mail à un client ou un résumé de réunion à envoyer à ses collègues. Un mail avec des fautes nuit à la crédibilité.

Le témoignage de Benjamin, 27 ans, ingénieur e-santé dans un CHU (centre hospitalier universitaire)

Son parcours, en bref :

  • CPGE PT-PTSI
  • École d’ingénieurs (ECE), spécialité santé
  • Double diplôme avec Paris VI (université Pierre et Marie Curie-Sorbonne Universités) dans le domaine des dispositifs médicaux
  • Mastère spécialisé en marketing et management à l’ESSEC

Quelle place tenaient les sciences informatiques dans vos études ?
J’ai toujours été fort en maths et la programmation rejoint cette discipline puisque c’est une activité très rigoureuse et structurée.

En quoi les sciences informatiques vous servent-elle dans votre métier ?
Actuellement je travaille sur la création d’un bâtiment de rééducation. J’effectue une veille technologique pour repérer les innovations en France et à l’international dans ce domaine.
C’est pourquoi je développe des collaborations avec des startups qui sont les principales porteuses de l’innovation. L’objectif est de créer des logiciels permettant d’améliorer le séjour hospitalier des patients grâce à un suivi continu avant pendant et après leur hospitalisation (télémédecine).